18 juillet 2017

120 battements par minute



Un film de Robin Campillo
Avec Nahuel Perez Biscayart, Arnaud Valois, Adèle Haenel



Synopsis :

Début des années 90. Alors que le sida tue depuis près de dix ans, les militants d'Act Up-Paris multiplient les actions pour lutter contre l'indifférence générale.
Nouveau venu dans le groupe, Nathan va être bouleversé par la radicalité de Sean.




Mon avis :



Le film est très prenant. Nous sommes au coeur de l'association d'Act Up, assistons aux Assemblées Générales avec les militants, et partons en opération avec les activistes.
La plupart sont déjà touché par la maladie, et savent que leurs heures sont comptées.
Mais la concience de la mort qui approche donner une envie supplémentaire de profiter de la vie, de s'engager dans le combat sans retenue, malgré les risques de recevoir des insultes, de se faire arreter ou matraquer..




Les personnages sont hauts en couleur, bien décidés à faire influencer le gouvernement et les organismes étatiques de santé, à faire connaitre leur combat du grand public.
Leur énergie, leur fougue, leur joie de vivre est communicative.





Au casting, la plupart des noms sont inconnus. Seule Adèle Haenel fait figure d'exception puisque qu'on l'a vue -et appréciée- dans Les Ogres, L'Apollonide, Déchaînées, Une heure avec Alice).
Un fois encore elle a rôle à de rebelle, forte en gueule comme en conviction.


Ce film donne envie de s'impliquer dans le monde associatif, et donne un bon apercu de la vie dans la communauté homosexuelle parisienne des années 1990. Nous ne sommes pas dans le cliché des orgies echangistes, sado-mazochistes, sans être non plus dans le puritanisme.
Nous sommes juste avec des individus normaux, avec leurs sentiments, leurs parcours, leurs envies, leurs remords, leurs relations.

C'est réaliste, engagé et touchant. Je recommande.


La bande-annonce :



En salle le 23 août 2017

01 juillet 2017

Grand froid


Grand Froid
de Gérard Pautonnier
avec Jean-Pierre Bacri, Arthur Dupont, Olivier Gourmet


Synopsis
Dans une petite ville perdue au milieu de nulle part, le commerce de pompes funèbres d’Edmond Zweck bat de l’aile.
L’entreprise ne compte plus que deux employés: Georges, le bras droit de Zweck, et Eddy, un jeune homme encore novice dans le métier.
Un beau matin, pourtant, un mort pointe son nez.
L’espoir renaît. Georges et Eddy sont chargés de mener le défunt jusqu’à sa dernière demeure.
Mais, à la recherche du cimetière qui s’avère introuvable, le convoi funéraire s’égare et le voyage tourne au fiasco.




Mon avis :
Le film manque un peu de rythme au début. A l'image du belge dans son resto chinois, on s'ennuie un peu, on se demande ce qu'on fait la. Le décor glacial nous fait penser à un mix entre Bienvenue chez les Chtis et le Fargo des frères Cohen



Malgré tous les efforts (et pas seulement vestimentaire) d'Oliver Gourmet. Il n'y a pas énormement d'alchimie entre Bacri et lui, qui sont deux caractères forts.
Je pense qu'il faut à Bacri un partenaire "victime" qui lui sert de catalyseur, qu'il peut rendre coupable de ce qu'il ne va pas, car c'est bien son mécontentement qui fait son charme.

Le film commence réellement a partir du départ du convoi.
Le rythme, la tension, tout y est. La sauce prend bien également entre Bacri et Arthur Dupont. Son jeune chauffeur est parfait dans le rôle de celui qui est dépassé par les évenements, et qui subbit un Bacri plus que jamais de mauvaise foi.



Cette seconde partie est nettement plus drôle, en temoignent les éclats de rires dans la salle.

Quand au rebondissement en fin de film, c'est bien vu.. mais je n'en dis pas plus pour ne pas vous gacher la suprise.

On a finalement passé un bon moment.


La bande annonce :



Au cinéma le 28 juin 2017

01 juin 2017

Ce qui nous lie

Ce qui nous lie De Cédric Klapisch
Avec Pio Marmai, Ana Girardot, François Civil



Synopsis :
Jean (Pio Marmaï) a quitté sa famille et sa Bourgogne natale il y a dix ans pour faire le tour du monde. De retour au bercail, il retrouve sa sœur Juliette (Ana Girardot) et son frère Jérémie (François Civil). Commencent alors les vendanges. En l’espace d’un an, au rythme des saisons qui s’enchaînent, ces 3 jeunes adultes vont retrouver ou réinventer leur fraternité, s’épanouissant et mûrissant en même temps que le vin qu’ils fabriquent.





Mon avis :

Ce film nous parle de terroir, avec des personnages enracinés, amoureux de leur terre et attachés à la famille.

Le rythme est calqué sur celui de la nature, car dans un domaine viticole, l'homme doit savoir s'adapter aux saisons, aux intempéries, pour tirer le meilleur de la terre.




Le personnage du père est absent mais apparait en flashback. Il est celui qui a transmis son savoir et son amour de la vigne aux 3 jeunes. Certains lui font des reproches, d'autres l'admirent, c'est son souvenir -et l'amour de la terre- qui est le trait d'union pour cette nouvelle génération.





15 ans après sa fameuse Auberge Espagnole, Cedric Klapish nous sert ici une histoire de fraternite et de transmission, une histoire qui sent bon l'amour du terroir.

Ce personnage qui a fait le tour du monde, c'est un Xavier Rousseau (personnage joué alors par Romain Duris), qui revient à la source, qui renoue avec son enfance, les traditions, la famille.

C'est sans doute une question d'âge, Klapish a tourné la page de l'aventure à l'etranger, et semble préoccupé par la transmission trans-générationnelle, un passage de flambeau qui a d'ailleurs tout d'une aventure.

Bemol tout de même sur la musique. Elle ne s'intègre pas du tout au film, et j'ai trouvé le titre de Camélia Jordana (qu'on entend dans la bande annonce) un peu poussif, ca manque d'énergie, contrairement aux acteurs principaux qui mordent la vie.

Je relève également cette scène de la lettre posthume mise de coté qui arrive pile poil au bon moment. Ah.. la magie du scénario...


Illustation : Vendanges en Bourgogne (Daubigny Charles-François)

Néanmoins, si vous aimez les histoires de transmissions, si vous aimez la fraicheur des films Klapish, ou si vous avez déjà fait les vendanges, ce film est fait pour vous :)


En salles le 14 juin 2017


La bande annonce

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...